Outdoor : conseils pour faire face aux tiques en Bushcraft

Le bushcrafter passe beaucoup de temps en forêt car la nature est sa passion. La forêt de feuillus tempérée française est le biotope idéal pour ixodes ricinus, la tique qui véhicule principalement la maladie de Lyme.

Pourquoi un bushcrafter est plus exposé aux tiques qu’un randonneur ?

campement bushcraft feu endroit sec
Contrairement à la randonnée itinérante, en session bushcraft, l’homme recherche une immersion totale dans un environnement sauvage. Il établit un campement et partage le même territoire que la grande faune sauvage, qui est également le biotope des tiques.
En fréquentant assidûment le biotope des tiques plusieurs jours durant, un bushcrafter ou un bivouaqueur s’expose d’autant plus massivement à la morsure d’une tique de type Ixodes Ricinus qu’un randonneur, notamment dans les régions les plus infestés par les tiques.
En fait, le bushcrafter est présent dans la forêt pile aux heures de chasse, là où les tiques sont les plus actives : la nuit, tôt le matin et le soir.

5 conseils pour se protéger des tiques en session bushcraft

Le gaz carbonique que vous dégagez sur le camp ainsi que les vibrations de vos déplacements vont mettre les tiques en éveil très rapidement. Elles vont monter sur les herbes hautes et branches basses pour attendre une proie, et cette proie c’est vous.
Et oui le campeur devient la proie de ces acariens adepte de la chasse passive.

Établir son campement sur un endroit sec et débroussaillé

La tique aime les endroits humides et les supports de fixation pour chasser. Établir son camp, en journée, sur un endroit le plus sec possible et avec peu de support permet d’éviter une zone à grosse concentration du parasite.
Si besoin est, il ne faut pas hésiter à débroussailler les abords immédiat de la tente ou du tarp.
Dans des secteurs vallonnés, notamment l’été, préférez établir un campement sur un versant sud ou ouest pour baisser en hygrométrie, car la tique a besoin de beaucoup d’humidité.
En hiver à contrario préférez les zones les plus froides qui ralentiront l’activité des tiques.

Évitez les abords des points d’eau ou rivières

Évitez les abords des points d’eau ou rivières si vous souhaitez à tout prix éviter les tiques, car ils fournissent le garde-manger (grand gibier), les supports et une humidité parfaite.
En effet, la ripisylve est en général blindée de tique. Les pêcheurs en savent quelque chose.
Ripisylve sur la sioule

Évitez les déplacements sur des zones très denses, la nuit, le matin et le soir

Desfois, on a pas le choix, mais si possible et ce toujours dans l’optique d’éviter au maximum une morsure, il vaut mieux ne pas se déplacer dans la forêt la nuit.
Le grand gibier est actif et par conséquent les tiques aussi, c’est le moment où vous avez le plus de chance d’en ramasser une et de l’amener sur votre lieu de couchage.
En plus, vous aurez du mal à vous inspecter correctement avec la lampe frontale pour détecter un passager indésirable.
Méfiance si vous faites des marches d’approches le matin et le soir car ils sont du même acabit.

Soyez bien couvert pour empêcher la tique d’atteindre votre peau

La protection mécanique par les vêtements est très efficace contre les tiques à condition d’être bien hermétique entre le pantalon et les chaussettes, puis le pantalon et le haut. Couplé à du répulsif sur les zones de la taille, des jambes et des chaussettes, c’est un passeport anti-tique !
Le short est à bannir sans répulsif, sauf dans les endroits très sec ou en haute altitude (altitude >1400m)

Plus d’infos sur : comment éviter les tiques sur l’homme

Un tire tique, du désinfectant et un spray répulsif dans la trousse de secours

Un tire-tique ne pèse même pas 2 grammes et vous rendra de bon et loyaux service en cas de tique fixée dans votre peau. Le désinfectant ne servira pas que pour la morsûre de tique et le spray répulsif est un billet pour la tranquillité. Vous pouvez d’ailleurs cumuler un répulsif anti moustique et tique.

En bushcraft, attention particulièrement aux nymphes de tique

La tique dispose d’un cycle biologique en 3 phase : la larve, la nymphe puis l’acarien adulte.
La larve ne cible que les petites proie disponible à même le sol. Peu de chance d’être piqué par une larve. En revanche, à partir de la transformation en nymphe, la tique cible tous les mammifères, oiseaux et reptiles disponibles sur sa zone.
Les nymphes de tique mesurent 1 à 2,5 mm seulement et passent facilement inaperçues.Elles sont également beaucoup plus nombreuses en densité que l’insecte adulte.
Pour passer au stade adulte, elles ont besoin d’un repas de sang. Elles sont donc très actives pour trouver un hôte.
Le facteur petite taille, densité supérieure et forte activité pour compléter son cycle biologique font de la nymphe la menace numéro un en forêt.
Sur certaines zones les larves de tiques pullulent littéralement avec plusieurs individus cantonnés sur 1m² voir moins.

Comment savoir si la zone est riche en tique autour du campement ?

Voilà Une technique simple pour savoir si la zone est infesté : il faut inspecter les supports tels que herbes hautes, branches basses, buissons etc pour déceler les tiques.
Attention, il ne sert à rien d’inspecter les herbes hautes d’une clairière à midi avec 35 dégrée à l’ombre, vous ne verrez pas de tiques. L’été, Il faut inspecter le matin ou le soir. Au printemps et à l’automne, vous pouvez en général inspecter et en trouver toute la journée.
En prenant votre temps et en dégageant un peu de gaz carbonique par votre respiration, vous verrez les tiques en posture d’attente sur leurs supports, avec les bras en l’air (les pattes avant dressées),
Si vous trouvez plusieurs tiques sur 1m² ou quelques m², c’est que la zone est infestée.
L’hiver si les températures sont vraiment basses le risque de morsure est vraiment faible, mais le printemps et l’automne sont deux périodes très propices à la morsure, toute la journée.

Au matin sur le campement, j’ai une tique fixé dans ma peau

Si vous fréquentez les bois sans précautions, notamment pour des sessions de plusieurs jours, il y a de grande chance pour que cela arrive un jour ou l’autre.
La suite à donner est simple : Il faut enlever le tique avec le tire-tique puis nettoyer avec un désinfectant. N’attendez pas de rentrer à la maison, ou à la voiture mais faites le de suite.
Pourquoi ne pas attendre plus de confort pour retirer la tique ?
Parce que la tique est porteuse d’agents pathogènes qui peuvent se montrer dangereux pour votre organisme. Bien entendu, la maladie de Lyme, causée par la bactérie Borrélia est la plus connue, mais sachez qu’une tique peut vous transmettre aussi l’encéphalite à tique ou encore la fièvre boutonneuse.
Au plus vite vous retirez la tique, au plus vous minimisez les chances d’infection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *